Avec Philippe Fonjallaz
Reporté en Septembre

 

Philippe Fonjallaz docteur en biologie moléculaire, a redécouvert à 45 ans les passions qui animaient son enfance (radiesthésie et ondes de formes). Devenu sourcier, géobiologue, passeur d’âmes, il s’intéresse également aux espaces quantiques et s’est formé en soins quantiques. Philippe pratique cet art avec des résultats surprenants et il désire ardemment partager ses expériences, ses connaissances et sa compréhension avec vous…

Tout est déjà là, tout est déjà arrivé. Sans observateur l’univers n’existerait pas.
Notre conscience crée notre réalité.

Ces affirmations vous paraissent-elles invraisemblables ?

Et pourtant … Philippe Fonjallaz nous invite à le suivre. Alors embarquez avec nous pour un voyage où nos certitudes issues de 300 ans de sciences modernes déterministes seront secouées !

Avoir ou être telle est la question en ce début de XXIème siècle. Le premier engendre manque, peur, insécurité, importance du paraître, compétition, séparation, renforcement de l’égo. Le second apporte amour, bienveillance, allégresse, légèreté, abondance, partage, collaboration, dissolution de l’égo, et sentiment de ne faire qu’un avec l’univers.
Le soin quantique, en puisant dans le champ des possibles, vous apporte instantanément une nouvelle réalité dans laquelle les blocages et les peurs sont dissous. Une autre réalité plus fluide, propice à la légèreté, à la guérison, où l’épanouissement de la vie prend place.

Vous découvrirez que nos êtres sont infiniment plus riches, plus beaux, plus magiques et merveilleux que les simples automates biochimico-électriques que décrivent la médecine et la science moderne.

Philippe Fonjallaz: www.applicationquantique.com
En bas de page, retrouvez une présentation plus complète du sujet abordé lors de la soirée !

 

Tarif: 25.- la soirée

Pour participer : s’inscrire à l’avance par téléphone ou par e-mail (voir page contacts)

 

Chers amis,
Le temps est venu que notre monde se réveille d’un très long sommeil. Au début du 20ème siècle certains physiciens ont mis en évidence des choses assez troublantes concernant la réalité et l’univers (Planck, Einstein, Bohr, Heisenberg), si troublantes qu’on avait du mal à y croire, mais on a sauvé les meubles en adoptant l’interprétation de Copenhague.
Néanmoins sont issus de ces découvertes des concepts assez étranges : courbure de l’espace/temps, principe d’incertitude, physique quantique, onde gravitationnelle. Planck n’arrivait pas à faire coller les observations avec la théorie. Il a donc introduit des constantes pour corriger les équations (les constantes de Planck, très petites, mais au- delà desquels le temps et l’espace n’existent plus!) … et on continuait à négliger les anomalies du vide. Le vide devait être vide !
Dès la moitié du 20ème siècle, des physiciens de renom comme Feynman et Wheeler raffinèrent les modèles et les choses devenaient encore plus étranges. Tout semblait ne pas exister et tout paraissait être partout à la fois. La physique continuait ses recherches très pointues dans l’infiniment grand (astrophysique) et dans l’infiniment petit (physique des particules et physique quantique), Mais on ne trouvait pas le moyen de réconcilier les deux. Beaucoup de grandes théories commençaient à ne plus faire sens. Mais on continuait à s’obstiner. Roger Penrose, Stephen Hawkins et d’autres commencèrent à développer de nouveau modèles réunificateurs mais toujours insatisfaisants. Fin du 20ème, début du 21ème, on prouvait l’existence des trous noirs, des ondes gravitationnels, de l’intrication quantique qui finalement prouvaient que ces choses incompréhensibles, inacceptables existaient bel et bien dans l’univers et dans notre vie.
Nassim Haramein (né à Genève en 1962), qui a quitté l’école très tôt, qui étudiait la physique tout seul dans son camping-car, et qui fût la risée du monde de la physique « mainstream » pendant 20 ans, proposait enfin un modèle unique réunifiant tous les modèles disparates, qui explique l’ordre et la beauté de l’univers. L’univers est holographique (tout est dans tout), fractal (un changement à un endroit se répercute dans l’univers tout entier), la conscience est
partout, l’univers est négentropique (il crée l’ordre, la beauté, l’harmonie, en permanence) et nous faisons intégralement partie de tout cela ! Alors, comme toujours, on peut dire qu’il est « perché » … mais hélas… il publie dans les meilleures revues scientifiques « peer reviewed ».
Les grands physiciens « mainstream » de la planète commencent désormais à adopter son point de vue et à reconnaitre que leurs modèles compliqués étaient tous faux. « ER = EPR » regardez les vidéos YouTube à ce sujet (filmés dans les auditoriums des plus grandes universités de physique mondiales) – tous les grands physiciens de ce monde admettent finalement s’être fourvoyés. On commence à enseigner ce qu’est la conscience dans les cours de physique, chose qui horrifiait toutes les facultés de physique depuis un siècle. On réintroduit le concept d’éther (maintenant appelé champs informationnel). La conscience n’est pas en nous, mais tout autour de nous et nous en sommes le produit.
Pendant des siècles on cherchait la conscience en nous, et beaucoup d’entre nous continue toujours à s’obstiner à le faire. C’est comme « chercher la musique dans le poste de radio » nous illustre Nassim Haramein !
Étrangement les révolutions ne se déroulent pas uniquement en physique. En biologie (mon sujet d’étude), les théories de l’évolution de Darwin, le déterminisme génétique, tout ce qui étaient des dogmes, des piliers inébranlables de la biologie que j’ai étudiés il y 30 ans s’écroulent. L’épigénétique démontrent depuis quelques années que l’on transmet nos traumatismes à nos descendants, que nos gènes ne sont en fait qu’un outil et non une cause déterministe de notre réalité biologique. Là encore la conscience, les émotions, notre cœur, nos peurs, la manière dont nous vivons la réalité (et non la réalité elle-même) jouent un rôle fondamental dans notre réalité biologique, dans notre santé, dans notre longévité.

Et ça ne s’arrête pas à la réalité physique, ni à notre univers, ni à notre biologie, l’histoire de l’humanité est également sérieusement remise en question. Les chaînons manquants de la théorie de Darwin n’ont jamais existé, l’histoire des civilisations ne commence pas quelques milliers d’année avant Jésus Christ. Le livre de la Genèse n’est pas une révélation mais une fabrication tirée de faits historiques rapportés dans les tablettes sumériennes. Le péché originel n’a jamais existé. Eve ne fut pas créer à partir de la côte d’Adam. Là encore, ce ne sont pas des « illuminés », « des perchés » qui révèlent cela maintenant, ce sont des archéologues, des anthropologistes, des historiens, des traducteurs de textes anciens très rigoureux et très scientifiques qui se sentent assez courageux pour s’opposer aux théories des courants dominants et réfuter les histoires avec lesquelles on nous bassine depuis des siècles, pour nous maintenir dans la
peur, dans la culpabilité et la soumission. Il est grand temps de parler haut et fort de ces manipulations et de ces falsifications de notre histoire. Puisse l’humanité se réveiller !

… et moi dans tout cela ? Je ne crois en rien, je ne suis pas « croyant », Dieu merci ! J’ai peut-être la chance de ne pas croire en ce que les gens et les traditions colportent, de mettre en doute toutes théories, aussi attrayantes ou glorieuses soient-elles … jusqu’au moment où je peux les vivre, les expérimenter, les valider par moi-même.
Alors vous pouvez me croire, chers amis, et surtout je vous souhaite de l’expérimenter par vous-même, tout ce que je décris plus haut semble être la vérité. Je l’expérimente, je le vis au quotidien avec mes soins, mes découvertes, et mes « activités bizarres ».
Si je devais réexpliquer les « soins quantiques » aujourd’hui, je commencerais par ajouter le sous-titre « aider, soulager, soigner, éveiller son prochain avec le cœur » L’ouverture du cœur vous permet en un instant, sans aucun instrument ni artifice, de flirter avec le point zéro de Planck, là où le temps et l’espace n’existent plus, là où la masse et l’énergie deviennent infinies, là ou des connaissances insoupçonnées font surface, là où la cohérence et la beauté indescriptible sont reines.
Philippe Fonjallaz, PhD, 16 février 2020